Publié le

[tutoriel] sérigraphie à la maison (2) – méthode du fluide révélateur

Comme promis, voici le second tutoriel après celui de la méthode au pochoir. Aujourd’hui je vous propose une technique un petit peu plus compliquée : celle utilisant le fluide révélateur. 

Le principe de la sérigraphie au fluide révélateur 

Vous allez appliquer un premier produit qui va servir de « réserve » et qui empêchera le second produit de pénétrer dans toutes les mailles de l’écran. Votre dessin est réalisé au fluide révélateur, donc pas en négatif comme le pochoir. 

Le matériel 

Pour le matériel nécessaire à la sérigraphie en général, je vous renvoie au billet sur la sérigraphie au pochoir. 

tutoriel sérigraphie à la maison

Vous aurez donc besoin de 

  • Le fluide révélateur (drawing fluid en Anglais) : c’est joli comme nom, non ? Il en existe plusieurs marques, le mien vient de chez Daler Rowney, une marque plus connue pour son matériel de peinture et d’aquarelle. C’est un liquide visqueux bleu nuit qui sent un peu le poisson. 
  • Le bouche-pore (screen filler en Anglais) : beaucoup moins joli ce nom-là ! Le mien est aussi de chez Daler Rowney. C’est une pâte liquide un peu comme de la gouache, de couleur brique et qui sent plutôt les solvants. 
  • Un crayon à papier plutôt gras, de type B ou 2B
  • Un ou plusieurs pinceau(x)

Première étape : dessiner le motif

Avec le crayon à papier, soit vous dessinez directement sur le cadre soit vous transférez votre dessin. À ce stade, peu importe de quel côté du cadre vous dessinez, cela se verra de l’autre. Avec votre pinceau, repassez sur votre dessin au fluide révélateur. Si la couche est fine, on verra les traits de pinceau ; si la couche est épaisse, votre motif sera très visible. C’est donc à vous de choisir ! Si jamais vous faites une erreur dans votre dessin, vous pouvez nettoyer la zone délicatement à l’eau.

tutoriel sérigraphie à la maison

tutoriel sérigraphie à la maison

Ensuite, vous devez laisser sécher le fluide révélateur pendant quelques heures. Comme il reste brillant même lorsqu’il est sec, n’hésitez pas à toucher du doigt. Si ça ne colle plus, c’est que c’est sec et c’est donc le moment de passer à l’étape suivante.

tutoriel sérigraphie à la maison
le fluide révélateur est sec mais encore brillant

Deuxième étape : appliquer le bouche-pore

Versez le fluide en bande sur un côté du cadre, comme vous le feriez pour l’encre au moment d’imprimer. Avec votre racle, passez une fois sur toute la largeur du cadre. Il est important de faire une seule couche fine, sinon, le bouche-pore pourrait se poser aussi sur le fluide révélateur et bloquer ainsi certaines zones de votre dessin. Éventuellement, vous pouvez racler le surplus au moyen d’un plastique dur (comme une vieille carte de fidélité).

tutoriel sérigraphie à la maison
le fluide révélateur a « réservé » le motif

tutoriel sérigraphie à la maison

Nettoyez votre racle et laissez sécher, là aussi quelques heures. Eh oui, il faut être un peu plus patient qu’avec la méthode du pochoir !

Troisième étape : rincer l’écran

Lorsque le bouche-pore est bien sec, vous pouvez le rincer. Sous la douche ou en plein air, passez-le à l’eau sans frotter pour éliminer le fluide révélateur. Si jamais le fluide, qui est soluble dans l’eau, ne s’en va pas bien, vous pouvez l’aider en passant au doigt ou avec une vieille brosse à dents.

De nouveau, laissez sécher le cadre (c’est un jeu de patience).

tutoriel sérigraphie à la maison

tutoriel sérigraphie à la maison

Quatrième étape : l’impression

Une fois sec, traitez votre cadre comme s’il avait un pochoir. En fait, c’est exactement un pochoir, sauf qu’il n’est pas réalisé avec les mêmes matériaux. Mettez du ruban adhésif sur les côtés pour que l’encre ne passe pas à travers, puis procédez à votre impression comme indiqué dans le premier tutoriel.

tutoriel sérigraphie à la maison

Cinquième étape : le nettoyage

Si vous souhaitez juste nettoyer le cadre pour pouvoir utiliser de nouveau le motif, nettoyez-le simplement à l’eau comme indiqué dans le premier tutoriel. En revanche, si vous souhaitez récupérer votre cadre pour un nouveau motif, vous devrez mettre un peu de détergent. J’utilise simplement le produit nettoyant ménager de la supérette du coin : je vaporise quelques minutes puis je frotte avec une vieille brosse à ongles. Le spectacle à ce stade n’est pas très joli mais le cadre peut servir à nouveau !

tutoriel sérigraphie à la maison
Vaporiser du détergent sur le cadre et laisser agir quelques minutes

tutoriel sérigraphie à la maison

Quelle méthode choisir ? Pochoir ou fluide révélateur ?

Chaque technique a ses avantages et ses inconvénients : le pochoir est un peu plus facile à mettre en oeuvre mais le motif résistera moins à des utilisations répétées. Avec la méthode du fluide révélateur, vous mettrez plus de temps à obtenir votre cadre pour l’impression mais il pourra sans problème être utilisé des dizaines de fois. De plus, certains motifs sont beaucoup plus difficiles à réaliser au pochoir.

Voilà, vous connaissez maintenant deux méthodes complémentaires ; j’espère que ces deux tutoriels vous ont plu et surtout qu’ils vous ont donné envie d’essayer la sérigraphie ! N’hésitez pas à me montrer vos réalisations 🙂

Publié le

[tutoriel] sérigraphie à la maison (1) – méthode du pochoir

tutoriel sérigraphie à la maison

Comme vous le savez, les tissus que je propose en boutique sont imprimés de manière artisanale par mes soins. J’utilise différentes techniques et je voulais vous présenter la sérigraphie et vous expliquer comment en faire chez vous. Vous verrez, c’est particulièrement addictif ! Il y a différentes façons de faire de la sérigraphie et je vous en propose deux : celle au pochoir présentée ci-après et celle au fluide révélateur présentée dans ce billet.

La sérigraphie c’est quoi ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la sérigraphie ? C’est une technique d’impression qui permet de reproduire plusieurs fois la même image à partir d’encres. Les supports sont très variés : on pense évidemment au tissu et au papier, mais il existe aussi de la sérigraphie sur métal ou sur céramique. Vous pouvez avoir une seule couleur ou une multitude de couleurs. Enfin, la sérigraphie existe de manière artisanale ou de manière industrielle.

La sérigraphie au pochoir

Dans la sérigraphie au pochoir, vous allez appliquer votre encre au travers d’un pochoir. Ce pochoir peut être un papier ou un plastique plus ou moins épais. C’est la technique que je vais vous montrer aujourd’hui. Dans un prochain billet, je vais vous présenter la sérigraphie au fluide révélateur. Enfin, il existe aussi la méthode de l’émulsion photo-sensible, qui nécessite un peu plus de matériel.

Le matériel nécessaire pour la sérigraphie au pochoir

tutoriel sérigraphie à la maison

Il vous faudra pour cette technique un certain nombre d’éléments.

Le matériel nécessaire pour tout type de sérigraphie

  • un écran : il s’agit d’un cadre de bois ou d’aluminium qui est recouvert d’un tissu à tissage plus ou moins fin. De nos jours, le tissu est un polyester mais avant il s’agissait de soie, d’où le terme parfois utilisé en Anglais : « silkscreening » (silk = soie et screen = écran). Les écrans sont disponibles en plusieurs tailles et certains le fabriquent eux-mêmes. Mes écrans viennent de chez Hunt The Moon.
  • une racle : c’est une lame de caoutchouc fixée sur un support de bois ou d’aluminium. Comme pour les écrans, il existe différentes tailles et différentes qualités selon le support choisi.
  • l’encre : elle variera selon le support choisi. Ici, je vous présente évidemment de l’encre pour textile. Il en existe à l’eau qui doivent être « fixées » par la chaleur et d’autres à base de produits synthétiques, entre autres les encres plastisol. Ces dernières sont moins accessibles aux créatifs qui font de la sérigraphie à la maison. J’utilise de la Permaset ou de la Speedball qui sont facilement accessibles dans les magasins de beaux-arts (Rougier et Plé ou Le Géant des Beaux Arts).
  • une spatule : elle servira aussi bien à mélanger les encres qu’à racler le surplus.
  • une cuillère : pour vous servir en encre ; elle pourra aussi servir à mélanger l’encre.
  • un support : pour moi c’est du tissu, mais vous pouvez imprimer sur papier. Le tissu doit être lavé pour qu’aucune trace d’apprêt ne subsiste.
  • du papier journal : vous l’utiliserez pour faire une impression test.
  • un tablier : la sérigraphie, comme la peinture, peut être une activité un peu salissante (mais ça dépend de votre potentiel Mimi Cracra)
  • du molleton de coton ou de polyester à placer sous le tissu à imprimer. Cela permet en général une meilleure impression. Si vous n’avez pas ça, quelques serviettes de toilette feront l’affaire.
  • du matériel de nettoyage : éponge, torchon, etc. Comme il s’agit d’encres à l’eau, vous n’avez pas besoin de produit particulier, de l’eau suffira.tutoriel sérigraphie à la maison

 

Le matériel spécifique à la sérigraphie au pochoir

  • du papier pochoir : vous pouvez utiliser une simple feuille de papier mais alors, dès qu’elle sera imbibée d’encre, elle risque de se déchirer. Ici, j’ai utilisé un rouleau de Frisket (c), c’est du papier transparent adhésif. Sur une face, il y a du papier sur lequel on peut dessiner. Sur l’autre face, une pellicule qui se retire et qui révèle la face adhésive du papier. Il est important que le papier que vous allez utiliser puisse adhérer à l’écran. J’ai acheté le mien sur Amazon.
  • un scalpel ou un cutter : vous en avez besoin pour découper vos motifs.
  • un crayon à papier (ou gris, ou de bois, ou mine selon votre région d’origine) : pour tracer votre joli dessin.
  • du ruban adhésif large : il sert à isoler votre pochoir sur l’écran.

Première étape : reproduire votre motif

Vous avez choisi le beau dessin ou motif que vous allez imprimer, vous devez maintenant le mettre sur votre papier pochoir. Le papier Frisket est suffisamment transparent pour que l’on puisse tracer ses motifs directement, sans avoir à utiliser un calque intermédiaire. Si vous utilisez un calque, faites attention qu’en retournant le calque, vous allez retourner le dessin. Si votre motif est symétrique, ça n’a pas d’importance, mais si vous vouliez écrire des lettres, ça l’est !

Deuxième étape : créer le pochoir

C’est le moment de se servir du scalpel :D. En faisant bien attention à vos petits doigts, découpez votre motif ou votre dessin. Au début, j’avais du mal à obtenir des courbes et j’avais l’impression de ne savoir tracer que des lignes droites. Avec un peu d’expérience, la main se fait à l’outil et j’arrive à faire des cercles circulaires !

tutoriel sérigraphie à la maison
mon modèle, imprimé sur papier, se voit par transparence
tutoriel sérigraphie à la maison
pochoir terminé

Troisième étape : placer le pochoir sur l’écran

Sur l’écran, le tissu polyester est appliqué sur la partie dos ou l’extérieur de l’écran. L’autre côté de l’écran (l’intérieur ou le devant) est celui sur lequel on va placer l’encre. Lorsque vous placez votre écran à plat de façon à ce que le tissu polyester touche la table, alors le dos (ou extérieur) touche la table et l’intérieur est vers vous. C’est la face intérieure qui recevra l’encre et la face extérieure qui sera posée sur le support à imprimer.

Retirez le film plastique du papier adhésif et collez votre pochoir sensiblement au centre de l’écran, au dos de celui-ci. Le papier Frisket est suffisamment solide pour qu’on puisse le décoller et le recoller pour ajuster le placement.

tutoriel sérigraphie à la maison

 

 

tutoriel sérigraphie à la maison
vous pouvez repositionner le papier adhésif

Une fois votre pochoir en place, vous devez mettre du ruban adhésif tout autour de celui-ci, toujours sur la face extérieure de l’écran. Ceci évitera que l’encre ne dessine le contour de votre pochoir, en plus de l’intérieur. Utilisez plusieurs bande de ruban adhésif pour qu’il n’y ait plus de trous entre le pochoir et le cadre.

tutoriel sérigraphie à la maison
tout l’écran est protégé avec le pochoir ou le ruban adhésif

Vous pouvez vérifier à la lumière qu’aucune zone non couverte (sauf celle de votre motif évidemment) ne subsiste.

tutoriel sérigraphie à la maison
inspection

Quatrième étape : mise en place pour l’impression

Commencez par placer le molleton avec éventuellement un vieux tissu dessus sur votre table. Attention, il ne doit pas y avoir de bosses sous la zone que vous allez imprimer ! Placez votre tissu (repassé de préférence) bien à plat sur le molleton. Si besoin, vous pouvez l’épingler pour qu’il reste en place. Dans un petit coin, préparez votre secteur « sale » : c’est là que vous stockerez l’encre et la spatule. Mélangez bien votre encre et vérifiez sa viscosité : il faut qu’elle soit assez liquide, mais pas trop. Excusez cette remarque qui trahit mes origines normandes, mais c’est bien ça : pas assez liquide et l’encre ne passera pas assez bien dans le pochoir. Trop liquide et elle risque de baver.

Cinquième étape : l’impression

Déposer l’encre

ouf, enfin ! Voici la partie la plus amusante à mon goût. Avec votre cuillère, prenez une bonne quantité d’encre et placez-la en une ligne un peu au-dessus du motif à imprimer. N’hésitez pas à en mettre assez, vous pourrez toujours racler le surplus et le remettre dans le pot. Soulevez légèrement un côté de l’écran et avec la racle, étalez une première couche d’encre sur l’écran. Cela va permettre à l’encre d’être bien répartie. Il est préférable de faire une première impression sur du papier journal au cas où vous auriez besoin de faire des rectifications.

Placer l’écran de sérigraphie

Maintenant positionnez l’écran sur le support en vérifiant son emplacement. En maintenant bien le cadre d’une main et en plaçant la racle à environ 45° par rapport à l’écran, tirez la racle de haut en bas en appuyant assez fort. Sur du tissu, vous aurez peut-être besoin de faire 1 ou 2 passages de racle. Soulevez l’écran et à l’écart, faites un passage de racle à vide : l’encre est à nouveau bien répartie et surtout, elle ne séchera pas trop vite.

Admirez votre travail !!

Si vous avez besoin de répéter le motif, faites attention à l’endroit où vous posez votre cadre. Au besoin, pour protéger ce que vous venez d’imprimer, vous pouvez placer des bandes de papier journal.

tutoriel sérigraphie à la maison
mon encre est un peu trop épaisse !

Entre deux impressions, faites attention de ne pas poser votre racle n’importe où 😉

Dernière étape : le nettoyage et la fixation de l’encre

Eh oui, ce n’est pas la partie la plus créative mais elle est cruciale. Dès que vous avez fini l’impression et surtout s’il fait un peu chaud, vous devez très vite laver votre matériel et en priorité le cadre. La fine couche d’encre, si elle sèche, risque de boucher irrémédiablement les mailles, ou éventuellement – moins grave – laisser des fantômes. Tout le matériel se nettoie à l’eau, sans détergent.

N’oubliez pas de passer votre tissu imprimé au fer à repasser après séchage, sinon ça risque de ne pas tenir au lavage ! Normalement, chaque fabricant d’encre donne ses indications.

 

J’espère que ce tutoriel vous aura donné envie de vous lancer dans la sérigraphie ! Vous pouvez aussi aller voir le tuto de la fabuleuse Smichkine sur le même sujet 😀

Publié le

[pas-à-pas Culotte Altaïr] étape 4 – coudre les élastiques

culotte-altair-concours-sewalong

Nous voici arrivées à la dernière étape, qui n’est pas la plus simple je l’avoue : aujourd’hui nous cousons les élastiques sur la culotte. À ce stade, vous devez avoir une culotte dont toutes les coutures sont cousues et qui n’attendent plus que leurs élastiques.

Rappel des épisodes précédents si vous les avez manqués :

Couper les élastiques

Pour vous faciliter la tâche, je vous ai fourni un petit tableau avec les dimensions des élastiques à couper, selon votre taille. Ce tableau est calculé avec une réduction de 5% de la longueur de l’élastique par rapport à l’ouverture. Il vous est donc possible d’ajuster la longueur si vous voulez quelque chose d’un peu plus serré.

Le tableau fournit la longueur marges de couture comprises ! Eh oui, il vous faut coudre les deux extrémités l’une sur l’autre avec une marge d’un centimètre. Cette couture peut se faire au point droit avec quelques allers-retours, ou bien en point zigzag. Si vous avez un doute ou que votre élastique se déplace trop, vous pouvez sortir le fil à bâtir 🙂 Faites attention au moment de la couture de ne pas vriller les élastiques : il faut qu’ils restent bien à plat. Maintenant vous avez trois jolis cercles d’élastique : un pour la taille et deux pour les jambes.

culotte-altair-coudre-les-bouts-de-élastique

 

Positionner les repères d’élastique

Encore une fois, pour vous faciliter la vie, je vous conseille de placer 4 épingles qui vous serviront de repère pour la couture. Sur la culotte, placez une épingle sur chaque couture de côté, puis une au milieu dos et une au milieu devant. Si vous ne savez plus où sont les milieux, pas de panique ! Il vous suffit de placer l’une sur l’autre les épingles des côtés puis d’épingler les deux nouveaux plis qui se sont formés sur les côtés. Voilà ! La taille de la culotte a été répartie en quatre longueurs égales.

culotte-altair-repères-pour-les-élastiques
culotte à plat : placez deux épingles sur les plis des côtés
culotte-altair-placer-repères-pour-élastiques
pliez la culotte dans l’autre sens pour faire coïncider les deux épingles, puis placez deux nouvelles épingles aux nouveaux plis des côtés
culotte altaïr placer les repères
répétez les mêmes étapes pour les ouvertures de jambe

Maintenant il vous reste à faire la même chose pour les élastiques. Je vous conseille de ne pas placer d’épingle à proximité de la couture d’assemblage des deux extrémités, car cela pourrait s’avérer inconfortable. Placez donc d’abord une épingle à chaque pli, puis superposez les épingles et placez deux nouvelles épingles sur les plis nouvellement formés. Ouf !

culotte-altair-placer-épingles-repères-sur-élastique

 

Placer les élastiques sur la culotte

Maintenant, il ne vous reste qu’à positionner les élastiques sur l’endroit de la culotte en alignant vos épingles-repères. Vérifiez le sens de votre élastique à picots ! Les picots doivent être à l’opposé du bord du tissu et la face pelucheuse doit être vers vous et non contre le tissu.

culotte-altair-aligner-épingles-repères

Attention à l’endroit où vous allez placer la couture d’assemblage des élastiques : il faut que cette sur-épaisseur ne vous gêne pas. Évitez ainsi de la placer sur une couture, car cela risque d’être trop épais à coudre. Évitez aussi de la placer dans une zone où vous allez vous asseoir (partie basse de la pièce dos) ou une zone où il risque d’y avoir un pli (partie centrale du devant). Et enfin d’une manière générale, évitez de la placer près de l’entrejambe, ça risque d’être très inconfortable.

Si vous avez bien suivi, il ne vous reste plus beaucoup d’endroits pour que ce soit à la fois confortable et joli. Personnellement, je place dans la partie supérieure de la pièce dos : ça ne crée pas d’inconfort et ça ne se voit pas trop. Oui, ce n’est pas parce qu’on a une belle culotte qu’on a envie que tout le monde la voie, ou la devine !

culotte-altair-positionner-élastique-sur-culotte

 

Piquer l’élastique sur la culotte : premier passage

Vos épingles-repères sont positionnées l’une sur l’autre, vous pouvez maintenant enlever l’une des épingles et commencer à coudre. Là encore, faites attention à l’endroit où vous commencez la couture. C’est mieux de l’attaquer dans une zone moins visible parce qu’à moins d’avoir beaucoup de chance, vos zigzags de début et de fin de couture vont se superposer et ça ne sera pas super joli. Comme c’est purement esthétique, à vous de choisir.

C’est parti pour le premier passage : avec un zigzag moyen (entre 3 et 3,5 mm de large et de long), piquez tout le long de l’ouverture. Selon la largeur de votre élastique, vérifiez que votre zig de gauche soit bien à 1 cm du bord pour respecter les marges de couture. Si ce n’est pas le cas, il vous faut ajuster la position de l’élastique et du tissu.

Recommencez pour les deux autres ouvertures.

culotte-altair-pas-à-pas-coudre-élastique-premier-passage

Piquer l’élastique sur la culotte : second passage

Si votre élastique est assez étroit, il vous faut couper l’excédent de tissu en faisant attention à ne pas entailler l’élastique. Repliez alors l’élastique vers l’envers ; vous pouvez épingler l’élastique pour qu’il reste dans cette position mais ce n’est pas indispensable. Pour le second passage, si votre machine propose un zigzag triple, profitez-en, ça donne un vrai fini “lingerie” même si c’est plus long à coudre (et dix fois pire à découdre). Sinon, faites le même zigzag qu’à l’aller, en vérifiant à nouveau où vous démarrez la couture pour que votre culotte soit la plus belle possible.

Recommencez pour les deux autres ouvertures.

culotte altair point zigzag triple

Et voilà c’est terminé ! Bravo 🙂

culotte altair terminée

Si vous voyez que votre culotte gondole un peu, pas d’inquiétude ! Comme nous l’avons étiré plusieurs fois au cours de la réalisation, il s’est un peu laissé aller. Vous pouvez lui mettre un peu de vapeur (mais pas trop près pour ne pas abîmer l’élastique) ou bien il vous suffit de la mettre en machine et elle en sortira très belle.

 

Félicitations à toutes, j’espère que vous êtes contente de votre toute nouvelle culotte cousue main et qu’elle est la première d’une longue série ! N’hésitez pas à partager votre belle réalisation sur votre blog ou les réseaux sociaux et faites-moi signe pour que je vienne admirer votre travail.

 

N’oubliez pas le concours ! Vous avez jusqu’au 6 juin pour participer et gagner l’un des kits de la boutique – cela vous laisse un long weekend 🙂

Tous les détails sont dans ce billet.

Publié le

[pas-à-pas Culotte Altaïr] étape 3 – coupe du tissu et début de la couture

culotte-altair-concours-sewalong

Bonjour à toutes ! Comment allez-vous ? Êtes-vous prêtes à vous attaquer au tissu ? Si oui, ça tombe bien, on touche enfin le tissu aujourd’hui. Maintenant que votre patron est imprimé, assemblé et découpé, nous allons pouvoir placer les pièces du patron sur le tissu.

Rappel des épisodes précédents si vous les avez manqués :

Reconnaître le sens du jersey

Comme tout tissu, le jersey a un endroit et un envers. Si votre tissu est imprimé, c’est facile : l’endroit est le côté imprimé. Au cas où votre jersey serait uni en revanche, il vous faut regarder un peu plus dans le détail. Si vous tricotez, vous n’aurez aucun mal à distinguer l’endroit de l’envers, car il s’agit de la même construction qu’un point jersey, juste beaucoup plus petit !

Si vous ne tricotez pas encore (je ne vous en veux pas :-)), je vous ai mis deux petits dessins pour vous aider à reconnaître les faces. Sur l’endroit, vous aurez des séries de “V” alignés et sur l’envers, des sortes de petites boules ou demi-sphères.

 

Plier le tissu

Il n’y a que trois pièces à découper et deux d’entre elles sont à couper sur la pliure. Je vous conseille donc de replier les deux côtés extérieurs de votre coupon pour avoir deux plis. Faites bien attention au droit-fil ! Normalement pour ce projet vous utilisez un tissu extensible dans un seul sens, perpendiculaire au droit-fil. Vous devez donc aligner vos bords de devant et dos (milieu devant et milieu dos) sur le droit fil.

culotte-altair-patron-tissu

Reconnaître le droit-fil

Les tissus en jersey peuvent être assez facilement déformés, donc faites encore plus attention à votre droit-fil qu’avec un tissé classique. Vous pouvez, avant de plier votre tissu, regarder attentivement votre jersey et suivre l’une des lignes verticales puis marquer le pli au moins d’une épingle en haut et en bas. Ainsi, vous n’avez qu’à plier sur les épingles.

 

Couper les pièces

Vous avez maintenant placé le devant et le dos sur les plis, il vous reste à positionner la pièce de doublure. Comme elle est petite, elle peut se caser là où vous voulez ! Je vous laisser le choix entre épingler le patron et le tissu ou bien tracer autour du patron avant de couper.

Les marges de couture (1 cm) sont comprises, donc vous couperez au ras du papier. Une fois les pièces coupées, n’oubliez pas de marquer les repères ! Il est préférable, lorsque les marges de couture ne sont pas très importantes, de ne pas couper le tissu. Vous risquez alors d’avoir une mauvaise surprise ! Je suis une adepte du feutre lavable, je n’ai jamais eu de problème en plusieurs années d’utilisation. Faites un tour au rayon feutres pour enfants mais vérifiez bien qu’ils soient lavables ! Les stylos Frixion de Pilot fonctionnent très bien et ont l’avantage de disparaître d’un coup de fer. Mais ce dernier peut se transformer en inconvénient si vous repassez une zone où il y a un repère que vous n’avez pas encore utilisé.

culotte-altair-placer-les-repères

 

Quelques conseils avant la couture

Avant d’attaquer l’assemblage de la couture, pourquoi ne pas utiliser des chutes pour tester les différents points ? Cela vous permettra de choisir le zigzag que vous préférez mais aussi de vérifier votre tension de fil et que votre machine se débrouille bien avec le jersey.

Si vous constatez que votre machine a tendance à “manger” le tissu au début de la couture, n’hésitez pas à placer un petit bout de papier juste en-dessous du tissu pour aider les griffes d’entraînement à faire leur travail.

Un autre conseil pour faciliter le démarrage de la couture : prenez les deux fils entre le pouce et l’index de la main gauche et maintenez-les fermement au départ. Cela limitera grandement les “nids” de fil qui se forment parfois sous le tissu.

culotte-altair-coudre-papier-de-soie

 

Cette fois-ci, c’est parti !

Nous allons commencer par assembler le devant et le dos à l’entrejambe. Placez les deux pièces endroit contre endroit et épinglez. Cette couture n’a pas besoin d’être extensible, vous pouvez donc la piquer au point droit. Ouvrez la couture au fer, puis recoupez les marges de couture à 0,5 cm.

culotte-altair-etape-1-coudre-entrejambe

culotte-altair-repasser-couture

Prenez la pièce de doublure et placez-la l’envers contre l’envers de votre ensemble dos-devant en alignant les repères. Les bords de la doublure doivent s’aligner sur les repères des pièces devant et dos.

culotte-altair-placer-doublure

Piquez le long du bord devant de la doublure au point zigzag. Je vous conseille 4 mm de long et 3,5 mm de large mais vous êtes libre de choisir vos largeur et longueur de point.Recommencez pour le bord dos de la doublure.

culotte-altair-coudre-la-doublure

Il existe plusieurs méthodes d’assemblage de la doublure. Je trouve celle-ci assez simple et accessible aux couturières les moins expérimentées. Elle a aussi l’avantage de ne pas créer de sur-épaisseurs, ce qui n’est pas négligeable si votre jersey est un peu épais.

Coudre les côtés

Placez le dos et le devant endroit contre endroit et alignez les côtés. Épinglez et piquez au point droit. Il n’est pas nécessaire de surfiler cette couture car le jersey ne s’effilochera pas. Si vous avez une surjeteuse, vous pouvez l’utiliser pour cette couture mais ce n’est pas indispensable. Je trouve aussi que le surjet réalisé ainsi rajoute une épaisseur, surtout si c’est un 4-fils. Mais c’est aussi une affaire de goût : c’est votre culotte, faites ce que vous voulez !

Recoupez les surplus de couture. Passez la couture au fer en couchant les marges de couture vers l’arrière. Il est aussi possible de surpiquer sur l’endroit cette couture : placez-vous à 3 mm de la couture et piquez au point droit.

culotte-altaire-recouper-les-marges-de-couture

culotte-altair-surpiquer-couture

C’est le moment d’essayer

À ce stade, vous pouvez essayer la culotte : vous saurez alors si elle est trop grande ou trop petite mais n’oubliez surtout pas qu’elle n’a pas encore d’élastiques ! Ces derniers viendront évidemment ajuster la culotte.

 

C’est tout pour aujourd’hui ! Je vous retrouve d’ici quelques jours avec le prochain billet et nous nous occuperons des élastiques.

 

N’oubliez pas le concours !

Tous les détails sont dans ce billet.

Publié le

[pas-à-pas Culotte Altaïr] étape 2 – impression du pdf

culotte-altair-concours-sewalong

Bonjour à toutes ! Avant de se pencher sur le pdf, est-ce que vous avez réuni tous les éléments nécessaires à la réalisation de votre culotte ? Si ce n’est pas encore le cas, vous pouvez relire le billet précédent concernant tout le nécessaire de couture.

Aujourd’hui nous allons nous occuper du patron en lui-même. Vous l’avez certainement déjà téléchargé, il est toujours gratuit. Sinon, voici le lien ! N’oubliez pas qu’il y a deux fichiers : le patron en lui-même et le livret d’explications.

Imprimons le pdf

Petite précision : le patron ne s’imprime pas à la bonne échelle lorsqu’il est envoyé depuis un smartphone ou une tablette. Je suis désolée, mais tant que je ne me suis pas penchée plus avant sur la question, je vous conseille de ne l’imprimer que depuis un ordinateur, à l’ancienne.

Une fois votre pdf téléchargé, vous l’ouvrez avec votre lecteur de PDF favori, il y a plusieurs logiciels gratuits disponibles. C’est le moment de choisir la ou les tailles que vous voudrez imprimer. En effet, j’ai positionné chaque taille sur un calque différent et il existe un 10e calque, tout en haut, qui contient tous les repères. Pensez à ne pas le décocher, vos pièces de patron seraient vides !

culotte-altair-choix-taille

 

Choisissons la taille

Le tableau des tailles vous permettra de choisir celle qui vous convient le mieux. Vous constaterez peut-être que le patron Altaïr taille un peu grand par rapport à d’autres patrons de culotte. Si vous êtes entre deux tailles, choisissez la plus petite. Si vous avez une grande différence entre votre tour de taille et votre tour de hanches, veillez tout de même à choisir une taille suffisante pour les hanches : elles doivent de toute façon y passer 😉

Taille 32 34 36 38 40 42 44 46 48
Tour de taille 56 61 66 71 76 81 86 91 97
Tour de hanches 81 86 91 97 102 107 112 117 122

Attention à l’impression ! Tous les créateurs de patron au format pdf vous le disent : pensez à imprimer sans mise à l’échelle. Selon votre logiciel, la case à cocher n’aura pas le même nom mais en gros, vous devez lui dire d’imprimer à 100 %.

culotte-altair-impression

Vérifions l’impression

C’est pour cela que tout bon patron pdf vous propose un carré test à vérifier. Ici, le carré mesure 5 cm de côté – pensez à le mesurer pour être sûre d’avoir la bonne taille.

 

culotte-altair-verifier-carre-test-patron

Pour ce qui est de l’assemblage, le patron de la culotte Altaïr ne fait que 5 pages, c’est donc pas trop long. Vous aurez à découper deux des quatre côtés, sur les marges. Pour ne pas me poser de question, je découpe systématiquement le côté droit et le bas. Ainsi, je suis certaine d’avoir une marge de papier à coller pour chacun des côtés.

culotte-altair-patron-imprimer-pdf

C’est parti pour l’assemblage du pdf !

Une fois les marges découpées, il vous reste à les assembler. De mon côté j’utilise de la colle en bâton mais vous pouvez aussi utiliser du ruban adhésif. Il existe des dévidoirs à colle (merci Sabine pour l’info) qui facilitent certainement le travail : je n’ai pas encore testé !

culotte-altair-patron-reperes-impression

Les petits repères numérotés sont là pour vous aider à assembler votre patron, n’hésitez pas à les vérifier !

culotte-altair-patron-reperes-impression

Voilà, votre patron est assemblé ! C’est parti pour la découpe des pièces et compte tenu de leur petit nombre, ça devrait aller vite.

On s’arrête là pour aujourd’hui, on se retrouve dans quelques jours et le prochain billet traitera de la découpe du tissu. Cela vous laisse un peu de temps pour imprimer, assembler et découper votre patron.

N’oubliez pas le concours ! Tous les détails sont dans ce billet.

Publié le

[pas-à-pas Culotte Altaïr] étape 1 – le choix du tissu et des matériaux

culotte-altair-concours-sewalong

Bienvenue dans la première étape du pas-à-pas de la culotte Altaïr ! Je suis très contente de pouvoir vous accompagner dans la réalisation de cette culotte. J’espère que vous serez convaincues de l’idée de faire aussi vos culottes vous-mêmes. Ainsi vous aurez une gamme complète de culottes personnalisées et surtout, confortables. Finies les culottes trop serrées !

 

Pour cette première étape, l’objectif est de choisir le tissu et le matériel qui servira à le coudre, c’est-à-dire l’élastique (ou les élastiques) et le fil.

tissu-jersey-coton

Quel tissu choisir pour réaliser la culotte Altaïr ?

Il faut savoir que chaque patron à base de maille est conçu pour une gamme d’élasticité. En effet, contrairement aux patrons pour des tissus non élastiques, le pourcentage d’élasticité doit absolument être pris en compte. C’est pourquoi ce pourcentage est indiqué sur le patron et devrait l’être sur tous les patrons ajustés en maille devraient le préciser.

Le patron de la culotte Altaïr a été conçu pour un tissu à élasticité modérée, entre 30 et 40 %. Pour un résultat optimal, il est important de rester dans cette gamme. Avec un tissu moins élastique, vous aurez une culotte trop serrée, inconfortable et le tissu s’abîmera plus vite à force d’être trop étiré. Avec un tissu plus élastique, vous aurez une culotte trop grande, qui risque de faire des poches et des plis et donc être aussi inconfortable.

Si vous avez un doute, vous pouvez aller voir l’article qui est consacré à la détermination de l’élasticité de votre tissu.

Les tissus disponibles dans la boutique sont prévus pour se marier parfaitement avec le patron Altaïr. Ainsi, pas de surprise !

 

N’oubliez pas de laver votre tissu avant de le couper ! Comme il contient du coton, il est susceptible de rétrécir. Ceci ne s’applique pas aux tissus qui viennent de la boutique, car ils sont systématiquement lavés au préalable pour que l’impression soit de la meilleure qualité possible. Vous pouvez aussi laver vos élastiques, car il n’est pas rare qu’ils rétrécissent un peu aussi.

culotte-altair-choix-fil-elastique-lingerie

Peut-on utiliser de la dentelle pour la culotte Altaïr ?

Si votre dentelle a la même élasticité (entre 30 et 40 %), alors oui, vous pouvez tout à fait l’utiliser. Puisque vous allez passer un petit peu de temps à coudre cette culotte (même si c’est très rapide), autant que vous utilisiez les tissus qui vous font plaisir. À titre personnel, je ne raffole pas de la dentelle – mais je ne vous juge pas si c’est votre cas 😉 – et c’est pour cela que vous n’en trouverez pas en boutique. Je pense que la lingerie peut être féminine sans forcément être tout en dentelle.

 

Quel élastique choisir ?

Là encore, tout dépend de leur élasticité. Les longueurs fournies dans le livret d’explications ont été calculées à partir d’un élastique qui s’étire à 40 %. C’est celui qui est disponible en boutique. Il est tout à fait possible de choisir un élastique différent pour la taille et pour les jambes. En effet, on privilégiera un élastique un peu plus étroit pour les ouvertures des jambes pour éviter une gêne à l’entrejambe. Mais pour la taille, il n’y a pas de limites !

Les marges de couture du patron sont de 1 cm, aussi bien pour les coutures que pour les élastiques. Si votre élastique est plus fin ou que vous utilisez du biais élastique, vous pouvez réduire ces marges.

Enfin pour ce qui est des couleurs, vous pouvez laisser libre cours à votre imagination : vous pouvez choisir un élastique et un fil dans la même teinte que le tissu ou bien sélectionner un fil et/ou un élastique d’une autre couleur.

En ce qui concerne le fil, si vous avez du fil mousse, c’est mieux : le fil mousse est plus élastique et un peu plus doux que le fil polyester. Sinon, un fil polyester classique fera parfaitement l’affaire.

 

N’oubliez pas le concours !

Tous les détails sont dans ce billet.

Publié le

[culotte Altaïr] concours & sew-along

culotte-altair-concours-sewalong

Un petit sew-along, ça vous dit ? À l’occasion de la publication du pas-à-pas de la culotte Altaïr, je vous propose un sew-along, agrémenté d’un concours !

Pour certaines, coudre une culotte n’est pas si évident et souvent on apprend mieux en images, d’où l’idée du pas-à-pas. Ainsi j’ai un peu l’impression de vous accompagner au cours de la réalisation. Et pour celles qui ont un peu plus l’habitude, c’est l’occasion de se motiver ensemble à coudre un projet qui aurait pu être laissé de côté. Vous allez voir, coudre une culotte est super satisfaisant et pas très long !

Au fil des prochains jours, je vous expliquerai comment imprimer le patron, quels tissus et élastiques choisir, puis nous attaquerons les étapes de la réalisation de la culotte. Je vous proposerai aussi quelques modifications simples à appliquer au patron de culotte Altaïr.

Enfin quoi de mieux qu’un petit concours pour se motiver ? L’heureuse gagnante recevra le kit culotte à coudre de son choix.

Voici donc les détails du concours :

  • il se termine le mardi 6 juin à 23h59, ce qui nous laisse un peu plus de deux semaines dont deux ponts pour coudre cette culotte
  • vous posterez votre culotte terminée sur la page facebook ou sur instagram en incluant les hashtags #maisonbouton et #culottealtair. Sur Instagram, je vous demanderai d’ajouter @maison_bouton pour que je puisse vous retrouver.
  • le tirage au sort aura lieu le mercredi 7 juin
Publié le

[kit à coudre] Les kits culotte à coudre avec élastiques à picots

Ces derniers jours, je vous ai beaucoup parlé du patron Altaïr, alors aujourd’hui je vous présente les kits qui vous permettent de coudre cette culotte !

kit-culotte-a-coudre

Que contient le kit culotte à coudre ?

Le choix du jersey

Le tissu inclus dans le kit culotte à coudre est un jersey de coton avec 5 % d’élasthanne : le coton c’est pour le confort et la « respirabilité » et l’élasthanne c’est pour l’élasticité. Ainsi vous avez juste le bon rapport entre matière naturelle et stretch. Ce jersey est légèrement plus épais que ce que vous avez peut-être l’habitude d’avoir pour une culotte. En effet, dans le commerce, les culottes sont souvent faites avec du tissu plutôt fin (je ne parle évidemment pas de la dentelle). Ici j’ai privilégié la qualité : l’objectif est que la culotte que vous allez vous coudre dure dans le temps, malgré les lavages. Pas question de passer du temps à coudre sa lingerie si c’est pour qu’elle tombe en lambeaux après quelques passages en machine !

tissu-jersey-coton

Le choix de l’élastique

L’élastique compris dans les kits est le plus souvent un élastique à picots – je vous parlerai de l’autre type d’élastique dans un prochain billet. Cet élastique composé principalement de nylon est d’une largeur de 1 cm, ce qui est relativement standard pour une culotte. L’un des côtés présente des picots qui peuvent être de formes et de dimensions très variées !

Quelques chiffres 🙂

Les coupons de tissu mesurent 50 cm en 150/160 cm de large. Pour pouvoir être teints et imprimés – je vous présenterai le processus prochainement – ils ont déjà été lavés au moins une fois, ce qui veut dire que le rétrécissement inhérent aux tissus de coton a déjà eu lieu. Pas de mauvaise surprise de votre côté donc ! Les dimensions des coupons permettent à toutes les tailles de se couper au moins une culotte complète. Les plus petites tailles pourront (les veinardes) se couper deux jeux de culotte dans un seul coupon.

kit-culotte-a-coudre

La longueur de l’élastique fourni dans le kit correspond à la plus grande taille. Ainsi, quelle que soit la taille que vous choisirez de coudre, vous êtes certaines d’avoir assez d’élastique. Je conçois qu’il ne s’agit pas de la solution idéale et que ça représente un certain gaspillage pour les plus petites tailles. Je suis en train de réfléchir à un système pour améliorer cela.

Que ne comprennent pas les kits ?

Les kits ne comprennent ni l’aiguille, ni le fil. Je vous laisse le choix des couleurs des coutures : vous pouvez alors réaliser vos coutures dans un fil d’une couleur proche du tissu. Ou bien au contraire vous pouvez choisir un fil de couleur contrastante !

J’espère que cette présentation plus détaillée des élastiques à picots vous aura rendu les kits culotte à coudre plus familiers et que vous serez tentées par l’expérience de la lingerie cousue main !

à vos aiguilles 🙂

Publié le

[conseil couture] mesurer l’élasticité de son tissu – en vidéo !

conseil-couture-mesurer-elasticité-tissu

Je vous avais déjà présenté ce petit conseil couture dans un article précédent. Mais parfois, une vidéo est plus simple à comprendre. Alors voici un tuto filmé qui vous explique dans le détail comment déterminer l’élasticité de votre tissu.

Désormais vous ne risquez plus de mauvaises surprises en cousant un jersey élastique ! Mais pour vous faciliter encore plus la tâche, sachez que les tissus vendus dans les kits de la boutique ont tous une élasticité de 30 à 35 %.

Publié le

[nouveauté patron] Présentation du patron de culotte Altaïr

Vous aviez déjà aperçu le patron de culotte Altaïr lors de sa sortie sur Instagram. Mais je n’avais pas encore eu l’occasion de vous le présenter en détail ; c’est désormais chose faite : et voici… Altaïr !!

Il est fait pour vous si vous n’avez jamais cousu de culotte et que vous voulez personnaliser aussi votre lingerie. Mais il est aussi pour vous si vous cherchez un patron basique et confortable que vous pourrez modifier par la suite.

Un patron de culotte…

La culotte Altaïr est un modèle basique à taille baissée, qui se porte sur les petites hanches. La pièce de dos est bien enveloppante. Cela qui vous assure un confort maximal au quotidien et permet à la culotte de se faire oublier au fil de la journée. Le patron s’adresse aussi bien à des couturières avec peu d’heures de couture sous le pied de biche que des couturières expérimentées.

Il est décliné en plusieurs tailles, du 32 au 48.

 

Taille 32 34 36 38 40 42 44 46 48
Tour de taille 56 61 66 71 76 81 86 91 97
Tour de hanches 81 86 91 97 102 107 112 117 122

… au format PDF

Le patron est disponible au format PDF et se compose de 5 pages à assembler au moyen de repères clairs. Vous avez la possibilité de n’afficher qu’une ou plusieurs tailles grâce à l’option « calques » dans Acrobat Reader. C’est bien pratique lorsqu’il y a plusieurs tailles, je trouve ça moins intimidant et bien simple pour retrouver ses petits.

Les marges de couture de 1 cm sont incluses, aussi bien pour les coutures d’assemblage que pour les coutures d’élastique.

Quel tissu choisir ?

Le patron a été conçu pour un jersey ayant au moins 35 % d’élasticité, ce qui correspond à environ 5 % d’élasthanne (ou spandex chez les Anglo-Saxons). Si vous avez un doute, cet article vous explique comment déterminer l’élasticité de votre tissu. Ceci exclut forcément les tissus 100 % coton. En effet, ces derniers risqueraient de ne pas être suffisamment élastiques et de pocher en fin de journée.

Le modèle présenté ci-dessous a été réalisé avec le kit Blanc & Gouttes Grises avec l’option élastique à picots, disponible dans la boutique.

Il vous suffit d’un coupon de 45 cm en 150 cm de large et d’un élastique à lingerie de 1 cm de large (entre 1.55 cm et 2.32 m selon votre taille). Plusieurs kits vous sont proposés dans la boutique pour vous rendre la quête du matériel plus facile !

[:]